DOCTEUR CAHUZAC : MISTER HYDE POUR LA CLASSE POLITIQUE ?

L’affaire Cahuzac, dans ses multiples rebondissements, occupe depuis quelques temps déjà la une de l’actualité, ayant presque réussi à occulter les prières de rue des intégristes opposés au mariage pour tous et tout à fait le débat, pourtant fort important pour les millions de salariés de ce pays, sur le projet de loi transposant le fameux accord national interprofessionnel signé, au début de l’année, par trois des organisations syndicales définies comme représentatives et le MEDEF.

Je ne vais pas, par souci de ménager les méninges du lecteur, déjà passablement partagé entre nausée et colère, revenir sur les différentes étapes du dossier de l’ex Ministre du Budget mais proposer, plutôt, une réflexion de caractère plus général.

Lorsque Jérôme Cahuzac a avoué avoir disposé d’un compte bancaire  en Helvétie (ce qui finit par éclairer notre lanterne), un jeune collaborateur d’élu m’a indiqué tout de go «  Il aurait très bien pu être à l’UMP, ç’aurait été pareil « .

Je ne me permis pas, alors, de déjuger mon jeune interlocuteur qui, de fait, avait parfaitement résumé le sujet.

Car voilà, Jérôme Cahuzac est un intéressant résumé de ce que peut produire la « classe politique » comme individu, quel « cursus honorum » peut connaître tel ou tel personnage et de quelle Roche Tarpéienne il peut parfois tomber, jusque dans les affres du gouffre aux chimères de sa grandeur passée…