23 AVRIL (SUITE) : LA QUESTION CENTRALE SE CORSE

Comme vous pouvez vous en douter, cet article vise à appréhender les résultats de deux des Régions de notre pays, à savoir le Centre Val de Loire et la Corse.

Mais cette analyse intervient un peu à froid au regard des résultats du premier tour et quelque peu à chaud dans le cadre de la campagne du second, une campagne qui me semble être marquée par la difficulté grandissante d’Emmanuel Macron (c’était déjà sensible avant le premier tour malgré le succès final) à largement rassembler autour de sa candidature.

C’est que les électeurs se retrouvent, en l’espèce, une fois encore, victimes du faux choix issu des institutions de la Cinquième République qui, non seulement, fait de l’élection présidentielle la clé de voûte du système politique mais, de plus, y empêche l’expression de la pluralité et de la diversité politique.

Il y a des pays, de par le monde, et même en Europe, où le Président de la République compte assez peu dans l’équilibre des pouvoirs mais dont le système politique fonctionne tout de même assez bien.

Parce que la pluralité politique n’y est pas vécue comme un problème dans la société et les institutions.

Laisser un commentaire