Archives de catégorie : Mexique

MEXIQUE : LE PARLEMENT EST EN PLACE

Le mois d’août a permis de compléter la composition du nouveau Parlement mexicain, issu des élections du 1er juillet dernier, et notamment de déterminer l’attribution des sièges au scrutin proportionnel, dispositif corrigeant quelque peu les effets du scrutin majoritaire

Celui-ci, comme nous l’avions commenté, avait conduit à la très nette victoire de l’alliance Juntos Haremos Historia, constituée par le MORENA, le PT et le PES.

Cette alliance avait obtenu 221 des 300 sièges attribués, contre 66 pour l’entente PAN/PRD/MC et seulement 13 pour la majorité sortante PRI/PEVM/Nueva Alianza.

Il s’agit sans doute là du plus important bouleversement politique jamais connu par le Mexique au cours de son histoire électorale, longtemps fleuve plus ou moins tranquille des victoires du PRI.

Lors du scrutin 2015, les 300 sièges avaient été ainsi répartis : 14 MORENA, 29 PEVM, 155 PRI, 1 Nueva Alianza, 34 PRD, 10 Movimiento Ciudadano, 56 PAN et un indépendant.

Ce sont 172 mandats qui ont été perdus par la majorité constituée autour du PRI, tandis que le PAN et ses alliés se sont affaissés de 34 mandats (35 en comptant le député indépendant, ancien responsable du PAN).

La répartition des sièges au scrutin proportionnel a donc tempéré l’importance du bouleversement constaté.

Sur les 200 mandats ainsi distribués, l’alliance victorieuse en obtient 89 pour le MORENA et 3 pour le PT.

PAN, PRD et MC en décrochent respectivement 39, 11 et 11, soit 61 au total.

Enfin, le PRI récupère 38 postes, le PEVM 7 et les « sans parti » 2.

A noter, à ce stade de l’analyse, que la perte de la qualité de mouvement politique pour le Parti Encuentro Social et la Nueva Alianza (ces deux partis n’ont pas atteint le seuil des 3 % des voix au niveau national requis par le droit électoral mexicain pour ce faire) pose le problème du devenir des trente députés du PES élus dans le cadre de l’alliance JHH.

Etat par Etat, les rapports de forces ainsi corrigés après proportionnelle sont les suivants :

Basse Californie : 6 MORENA, 2 PES, 1 PT, 2 PAN, 1 PRI, 1 MC

Basse Californie du Sud : 2 PT, 1 PAN, 1 PRI

Sonora : 6 MORENA, 2 PT (dont l’ex championne olympique d’athlétisme Ana Guevara), 1 PES, 1 PAN, 1 MC, 1 PRI

Sinaloa : 10 MORENA, 1 PAN, 1 PEVM, 2 PRI

Chihuahua : 7 MORENA, 1 PT, 4 PAN, 1 MC

Durango : 4 MORENA (4 femmes !), 1 PRI

Nayarit : 5 MORENA, 2 PAN, 1 PRI

Jalisco : 8 MORENA, 16 MC, 3 PAN, 3 PRD, 1 PRI

Total pour la circonscription 1 : 46 MORENA, 6 PT, 3 PES ; 14 PAN, 19 MC, 3 PRD ; 8 PRI, 1 PEVM. (soit un rapport 55/36/9)

Coahuila de Zaragoza : 3 MORENA, 1 PT, 1 PES, 3 PAN, 3 PRI

Nuevo Leon : 4 MORENA, 1 PT, 3 PES, 8 PAN, 1 MC, 3 PRI

Tamaulipas : 1 MORENA, 4 PES, 1 PT, 3 PAN, 1 MC, 1 PRI

Zacatecas : 4 MORENA, 1 PT, 2 PAN, 1 PRD, 2 PEVM, 1 PRI

Aguascalientes : 1 PES, 3 PAN, 1 PRD, 1 PRI

San Luis Potosi : 6 MORENA, 3 PAN, 2 PRD, 3 PRI, 1 PEVM

Guanajuato : 2 MORENA, 14 PAN, 2 PRD, 1 MC, 1 PEVM

Queretaro : 2 MORENA, 5 PAN, 1 PRI

Total pour la circonscription 2 : 22 MORENA, 4 PT, 9 PES ; 41 PAN, 6 PRD, 3 MC ; 13 PRI, 4 PEVM (soit un rapport 35/50/17)

 Veracruz : 25 MORENA, 5 PAN, 1 PRD, 1 MC, 4 PRI

Oaxaca : 14 MORENA, 3 PT, 2 PAN, 1 PRD

Chiapas : 13 MORENA, 3 PT, 1 app. JHH, 1 PEVM

Tabasco : 6 MORENA, 1 PES, 1 PRI

Campêche : 1 MORENA, 1 PES, 1 PAN, 1 PRI

Quintana Roo : 5 MORENA, 1 PES, 1 PEVM

Yucatan : 1 MORENA (en contentieux électoral), 2 PAN, 3 PRI, 1 PEVM

Total pour la circonscription 3 : 65 MORENA, 6 PT, 3 PES, 1 apparenté JHH ; 10 PAN, 2 PRD, 1 MC ; 9 PRI, 3 PEVM (soit un rapport 75/13/12)

Tlaxcala : 2 MORENA, 1 PES, 1 PT, 2 PAN

Morelos : 6 MORENA, 1 PES, 2 PAN

Puebla : 12 MORENA, 4 PES, 2 PT ; 1 PAN, 2 MC ; 2 PRI

Guerrero : 9 MORENA, 1 PES, 1 PRD, 1 PRI

Ciudad de Mexico : 31 MORENA, 3 PES, 2 PT, 3 PAN, 3 PRD, 1 MC, 3 PRI

Total pour la circonscription 4 : 60 MORENA, 10 PES, 5 PT ; 8 PAN, 4 PRD, 3 MC ; 6 PRI (soit un rapport 75/15/6)

Colima : 2 MORENA, 2 PAN, 1 PRI

Hidalgo : 9 MORENA, 1 PAN

Michoacan : 12 MORENA, 3 PT, 1 PES, 2 PAN, 2 PRD, 1 PRI

Edomex : 37 MORENA, 7 PT, 4 PES, 2 PAN, 3 PRD, 2 MC, 9 PRI, 2 PEVM

Total pour la circonscription 5 : 60 MORENA, 10 PT, 5 PES ; 7 PAN, 5 PRD, 2 MC ; 11 PRI, 2 PEVM (soit un rapport 75/14/13)

 La répartition, comme on le voit, n’est pas exactement identique par grande circonscription électorale (le site de la Chambre des Députés ne précisant pas exactement qui sont les quatre élus complétant la délégation de la 4e circonscription et les quatre minorant les élus des 2e et 5e circonscriptions).

La Chambre a élu comme Président l’un des élus MORENA de Mexico, Porfirio Munoz Ledo, patriarche de 85 ans, ancien collaborateur de Luis Echevarria et de José Lopez Portillo, ancien Président du PRI dans les années 70, co fondateur du PRD avec Cuauhtemoc Cardenas et finalement rallié au mouvement d’Andres Manuel Lopez Obrador.

Une sorte de résumé de l’évolution du Mexique…

Ah oui, dernier détail dont nous devrions tirer leçon : le succès de l’alliance de gauche constituée autour du MORENA a conduit la Chambre des Députés à compter 241 femmes sur 500 parlementaires, soit 48,2 %.

Et au Sénat, où l’un des sièges du Chiapas est encore en balance, on compte, du fait notamment de la règle électorale (parité intégrale pour les listes et notamment pour celle emportant les deux sièges dévolus à la liste en tête), on compte 63 femmes et 64 hommes.

Ce nouveau Parlement va donc accompagner l’action présidentielle d’AMLO, alors même que son prédécesseur, Pena Nieto, s’est empressé, à quelques jours de son départ, de passer un nouvel accord de libre échange avec les Etats Unis.

MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (5)

Dans la circonscription 3 (Côte Atlantique), le succès d’AMLO lors du scrutin présidentiel a été prolongé lors des élections législatives puisque l’alliance JHH a obtenu cinquante sièges sur soixante au scrutin majoritaire, faisant grand chelem dans les Etats de Campeche, Oaxaca, Quintana Roo et Tabasco, l’Etat de naissance d’AMLO.

L’alliance arrive également largement en tête dans l’Etat de Veracruz et dans le Chiapas, n’échouant que dans le Yucatan, où PAN et PRI se sont positionnés en tête. Continuer la lecture de MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (5)