Archives de catégorie : Présidentielle

LEGISLATIVES : EN MARCHE AVEC LES VIEUX CHEVAUX DE RETOUR

Il sera dit que, jusqu’au bout, cette élection présidentielle aura  réservé quelques surprises aux électeurs.

Après trois élections primaires conduisant finalement à la désignation de deux candidats qui, réunis, ont obtenu les suffrages de moins de 27 % des suffrages exprimés et de moins de 20 % du corps électoral, nous nous sommes retrouvés face à un second tour quasiment fatal, tant les débats de fond ont été escamotés au profit  de postulats improuvés et de politique marketing du plus vil effet.

Nous pouvions presque nous demander, au terme du débat d’entre deux tours tenu cette semaine entre le fondé de pouvoirs des marchés financiers, doté d’un langage tout à fait épastrouffant pour ne pas dire mirlificateur, et une semi démente (merci Jean Luc Mélenchon de la définition) incapable d’aligner trois idées cohérentes les unes derrière les autres, si nous n’avions pas atteint le summum dans le néant et la nullité.

Je l’ai dit dans un papier très récent et je confirme. Continuer la lecture de LEGISLATIVES : EN MARCHE AVEC LES VIEUX CHEVAUX DE RETOUR

L’INSUPPORTABLE LEGERETE DU NEANT

D’aucuns se piqueront peut être de cet étrange mélange entre Kundera et Sartre, mais le titre de ce billet, que je vais commettre, sensiblement moins long que les précédents, vise à traduire le sentiment qui m’habite après avoir assisté au pénible spectacle du débat d’entre deux tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Mon âge presque canonique (?), peut être le fait que j’ai appris à écrire avec un porte plume et que j’ai eu, dans ma prime enfance, les doigts pleins d’encre, je ne sais, toujours est il que je suis un peu nostalgique des débats politiques d’antan,

Des débats qui procédaient plus de l’escrime, avec esquives, parades et coups tranchants que du jeu de « bac à sable », limite catch dans la boue, que j’ai pu voir encore aujourd’hui.

Je me souviens encore du fameux « Messieurs les Censeurs bonsoir » sonore, entonné par Maurice Clavel, libre intellectuel languedocien, face à Jean Royer, ancien maire de Tours, moralement rigoriste et candidat Vieille France de la présidentielle 1974 ou du duel Jacques Chirac / Georges Marchais lors d’une émission de débat (A armes égales) du début des années 70, moment où l’un et l’autre commençaient d’être connus du grand public.

Cela avait de la gueule, comme on dit ! Continuer la lecture de L’INSUPPORTABLE LEGERETE DU NEANT

23 AVRIL (SUITE) : LA QUESTION CENTRALE SE CORSE

Comme vous pouvez vous en douter, cet article vise à appréhender les résultats de deux des Régions de notre pays, à savoir le Centre Val de Loire et la Corse.

Mais cette analyse intervient un peu à froid au regard des résultats du premier tour et quelque peu à chaud dans le cadre de la campagne du second, une campagne qui me semble être marquée par la difficulté grandissante d’Emmanuel Macron (c’était déjà sensible avant le premier tour malgré le succès final) à largement rassembler autour de sa candidature.

C’est que les électeurs se retrouvent, en l’espèce, une fois encore, victimes du faux choix issu des institutions de la Cinquième République qui, non seulement, fait de l’élection présidentielle la clé de voûte du système politique mais, de plus, y empêche l’expression de la pluralité et de la diversité politique.

Il y a des pays, de par le monde, et même en Europe, où le Président de la République compte assez peu dans l’équilibre des pouvoirs mais dont le système politique fonctionne tout de même assez bien.

Parce que la pluralité politique n’y est pas vécue comme un problème dans la société et les institutions. Continuer la lecture de 23 AVRIL (SUITE) : LA QUESTION CENTRALE SE CORSE