Les chiffres, on leur fait dire c’qu’on veut !

les chiffres

Chers amis lecteurs et contributeurs du site, pour commencer cette série, que chacun peut être amené à alimenter, prenons cette information brute :

Le produit intérieur brut de la Grèce progressera de 0,6 % en 2014, selon le Ministre des Finances du pays, Christos Saikouras et le pays connaîtra un solde budgétaire primaire excédentaire.

Le cas typique des chiffres arrangés…

Cela fait en effet six ans que la Grèce est en récession économique et qu’elle a perdu l’équivalent de 25 % de sa production nationale.

Les six dixièmes de point annoncés consistent donc à constater une hausse de la croissance sur les 75 % restants.

Petit problème arithmétique : sachant que 0,6 % représente environ la cinquantième partie de la richesse perdue par la Grèce depuis 2007, combien faudra t il d’années pour que le pays retrouve la situation antérieure à celle de la crise de sa dette souveraine ?

Quant au « solde budgétaire primaire « , il se comprend comme solde des recettes de fonctionnement de l’Etat (impôts notamment) moins dépenses de fonctionnement du même Etat.

C’est-à-dire en dehors du service de la dette (en clair, les intérêts versés sur une dette grecque atteignant aujourd’hui 315 milliards d’euros et 174 % du PIB).

Voilà.

Une réflexion au sujet de « Les chiffres, on leur fait dire c’qu’on veut ! »

  1. Vudeloin a vu avant les autres le titre des Echos de ce matin !

    Zone euro : les premiers dividendes de la rigueur…

    Avec dedans un article qui ose dire, entre autres, qu’un chômage à 25,9 % en 2014 en Espagne est le début de la reprise…

    La rubrique semble pile poil indiquée…

Laisser un commentaire