GEOFFROY ROUX DE BEZIEUX OU LE VIEUX LIBERALISME EN FRIDAY WEA

1er décembre 2014

Geoffroy Roux de Bézieux a tout pour plaire : issu d’une famille honorablement connue dans la région Lyonnaise, où elle fut annoblie par Louis XV, très souvent habillé décontracté sans port obligatoire de la cravate, il pourrait constituer l’archétype du patron « copain », celui qu’on tutoie, avec qui on s’en voudrait presque de ne pas prendre un pot vers dix heures du soir après le boulot…

Animateur de Croissance Plus, avec Charles Beigbeder, autre modèle capillaire du patronat moderne, fondateur de The Phone House (une chaîne de magasins de téléphonie mobile qu’il s’est évidemment empressé de revendre à Virgin, une fois que le marché français eût atteint son niveau de maturité et désormais à Numéricable), l’ancien élève de Sainte Croix de Neuilly et de Paris Dauphine exerce aussi des fonctions institutionnelles.

Peu de chômeurs le savent mais GRDB a été pendant deux ans Président de l’UNEDIC, avant de remettre le mandat à l’un des représentants de la CFDT, l’alternance entre Présidence patronale et CFDT durant depuis plus de vingt ans.

Et il exerce également des fonctions importantes au MEDEF, où il a failli, un temps, prendre la place de Pierre Gattaz.

Geoffroy Roux de Bézieux vient de se distinguer cette semaine lors d’une entrevue sur une chaîne de télévision à vocation économique.

Vice Président du MEDEF, chargé de la fiscalité, et pour une fois cravaté, Geoffroy Roux de Bézieux, est en effet venu pleurnicher sur les impôts, taxes et « charges sociales » (cf. xyloglossie) que les entreprises ont du payer « en plus «  depuis 2010…

A l’en croire, la facture était salée, atteignant en effet 36 Mds d’euros entre 2010 et 2014, mélangeant d’ailleurs habilement des choses fort différentes et évidemment non précisées dans le détail.

Bien entendu, le choix de 2010 n’est pas tout à fait innocent/

Explicité par l’intéressé pour renvoyer dos à dos les Gouvernements Sarkozy Fillon, Hollande Ayrault et Hollande Valls, il prend surtout comme référence une année tout à fait particulière où, par la voie de plusieurs collectifs budgétaires, le niveau de l’impôt sur les sociétés a atteint le niveau historiquement bas de 32,9 Mds d’euros, sous les effets conjugués des remboursements anticipés d’acomptes, des crédits d’impôt et des créances remboursables pour exercices déficitaires.

En 2010, ce que n’a évidemment pas rappelé notre patron « nouveau style », c’est que ce n’est qu’au mois de juillet que l’impôt sur les sociétés a commencé à produire des recettes pour le budget de
l’Etat !

Et ce qu’il oublie aussi, le brave homme, c’est que les comptes de l’Etat, sous le régime Sarkozy Fillon Pécresse, présentaient fin 2010 un déficit de 148,8 Mds d’euros et ceux de la Sécurité Sociale de 23,9 Mds d’euros, soit le sympathique total de 172,7 Mds d’euros…

Au demeurant, le produit prévu d’impôt sur les sociétés en 2015 est de 33,1 Mds d’euros, avec les effets du trop fameux CICE, dont les « contreparties » ne devraient être sensibles qu’en fin 2017, selon GRDB..

Que les entreprises mettent quatre ans à se demander s’il faut investir ou s’il faut embaucher est en effet un minimum…

Alors faisons, pour Geoffroy, parce qu’il nous a pris pour des cruches (la seule abusée fut sans doute la journaliste l’interrogeant, même si l’on peut penser que la victime était consentante), une opération simple.

D’un côté, les déficits 2010, soit 172,7 Mds d’euros.

De l’autre, les déficits prévus pour 2015, soit 75,6 Mds pour le budget de l’Etat et 12,5 Mds pour la Sécurité Sociale, soit 88,1 Mds d’euros.

Vous avez deux minutes pour d’abord calculer la différence entre les effets d’une austérité de droite et d’une austérité disons de gauche.

Ensuite retirez de votre résultat 25,6 Mds d’euros, effort que le Medef lui même impute aux entreprises pour réduire le déficit 2015.

Vous obtenez alors le montant de l’effort demandé aux autres, c’est à dire les collectivités locales et nous, les salariés, les retraités, les privés d’emploi…

Décidément, le patronat ne change pas !!

Laisser un commentaire