ELECTIONS AMERICAINES : A L’OUEST DU NOUVEAU ?

Les apparences sont souvent trompeuses et la longue séquence des élections américaines (le rendez vous automnal et quadriennal de novembre pour décider de l’occupant de la Maison Blanche ne constituant que l’un des scrutins du jour) semble avoir un parfum d’habitude.

La règle est connue : depuis un bon bout de temps, deux grosses machines électorales, aux composants parfois assez différents, se mettent en branle pour produire un ticket de candidats à la Présidence et à la Vice Présidence, c’est à dire, rappelons le, pour donner un bail de quatre ans à la Maison Blanche et un autre de même durée à la Présidence du Sénat.

Pendant assez longtemps, les différences politiques et idéologiques entre Democrats et Republicans ont été assez peu marquées, et le spectre politique couvert par l’un ou l’autre des deux partis pouvait pratiquement se recouper, les uns allant d’une gauche sociale libérale à une certaine forme de populisme (dans le Sud), les autres d’un centrisme de bon aloi aux pires projets réactionnaires, teintés assez souvent de racisme.

Laisser un commentaire