Réforme structurelles-Fléxibilité-Sécurité sociale-Droits et acquis sociaux-Droit du travail-Rémunération des dirigeants


Réformes structurelles
 :
Concept apparemment fumeux qui, en réalité, désigne
un ensemble de mesures destiné à ratiboiser tous les
acquis sociaux d’un pays au nom de la rentabilité du capital,
appelée compétitivité. (Cf. plus haut).


Flexisécurité
 :
Nouveau concept hybride dont le sens est pourtant
évident et désigne la facilité à licencier associée à
l’assurance de se retrouver au chômage.


Sécurité Sociale
 :
Héritage de la Seconde Guerre Mondiale, qui empêche les marchés financiers, les banquiers et les assureurs de disposer directement des sommes consacrées à la santé, à la famille et à la retraite.


Droits et acquis sociaux
 :
Privilèges éhontés.

Et ce, même s’ils procèdent de la loi commune.

Comme chacun le sait, la mise en cause de la retraite des fonctionnaires a permis d’augmenter celle des salariés du secteur privé.

 

Droit du travail :
Texte incompréhensible, contradictoire et, surtout, « rigide ».

D’en avoir manié plusieurs, je peux confirmer
qu’un droit du travail imprimé sur papier peut avoir
une couverture rigide mais qu’il existe aussi des
versions souples.

Ah ? La « rigidité » dont on nous parle ne concerne
pas la qualité de la couverture…


Rémunérations des dirigeants d’entreprise
 :
Domaine situé hors champ de la légalité,
uniquement soumis à la diligence des conseils
d’administration et, au mieux, des assemblées
générales d’actionnaires.

 

 

Laisser un commentaire