LUXEMBOURG : JUNCKER TOMBE DE SON CHEVAL

L’événement est bien entendu assez secondaire dans un pays de soixante cinq millions d’habitants qui se préoccupe d’abord du devenir de quinze à vingt mille Rom jugés indésirables avant de s’intéresser à ses voisins immédiats et à tenter de les comprendre, avant même de les connaître…

Car, ainsi que nous l’avions vu dans un article précédent, ce dimanche 20 octobre était l’occasion d’organiser un scrutin législatif au Grand Duché du Luxembourg, visant à renouveler, selon des modalités de vote assez particulières, alliant mode de scrutin proportionnel et vote préférentiel, les soixante députés du Parlement local.

Une réflexion au sujet de « LUXEMBOURG : JUNCKER TOMBE DE SON CHEVAL »

  1. Une coalition « Gambia » historique sur plusieurs points :
    -ce serait une première coalition tripartite où le parti arrivé en tête ne serait pas présent
    – cela mettrait fin à près de 35 ans de gestion CSV-…
    – et cela mettrait fin à 31 années de présence de Juncker au sein du Gouvernement. Sa carrière gouvernementale a commencé en décembre 1982…

    Quid de l’avenir de Juncker, si DP-LSAP-Déi Greng s’allient ?
    Simple député d’opposition en attendant une éventuelle faille de la nouvelle majorité ? Candidat à la Présidence de la Commission Européenne ?

Laisser un commentaire