MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (5)

Dans la circonscription 3 (Côte Atlantique), le succès d’AMLO lors du scrutin présidentiel a été prolongé lors des élections législatives puisque l’alliance JHH a obtenu cinquante sièges sur soixante au scrutin majoritaire, faisant grand chelem dans les Etats de Campeche, Oaxaca, Quintana Roo et Tabasco, l’Etat de naissance d’AMLO.

L’alliance arrive également largement en tête dans l’Etat de Veracruz et dans le Chiapas, n’échouant que dans le Yucatan, où PAN et PRI se sont positionnés en tête.

Dans l’Etat de Campeche, JHH a donc remporté les deux sièges de député fédéral, les deux sièges de sénateur dévolus au premier parti du scrutin, neuf sièges sur vingt et un de l’Assemblée de l’Etat (neuf pour le PRI et trois pour le PAN, et leurs alliés respectifs) mais échoue aux municipales, en ne remportant que trois municipalités d’importance mineure.

La situation dans l’Etat d’Oaxaca est différente.

L’alliance de gauche a donc remporté les dix sièges de député fédéral, les deux sièges de sénateur (avec près de 57 % des votes), vingt quatre sièges de député de l’Etat sur vingt cinq au scrutin majoritaire et quarante six des très nombreuses municipalités de cet Etat marqué par la présence indienne.

Plus de trois cents des municipalités de l’Etat sont en effet régies par la règle du « droit coutumier » des communautés indigènes. Continuer la lecture de MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (5)

MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (4)

Le Mexique est, comme nous l’avons vu, la quinzième puissance économique du Monde et l’une des démocraties les plus perfectibles du continent américain.

Nous avons déjà vu que le système politique national a connu, avec le scrutin du 1er juillet dernier, un bouleversement fondamental, installant en effet au pouvoir un Président de gauche, venu de l’Etat de Tabasco, ancien élu de la Capitale, appuyé par un Parlement également orienté à gauche au sein d’une majorité inédite. Continuer la lecture de MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (4)

MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA ? (3)

Maintenant que la nuit française a permis de boucler le dépouillement des bulletins présidentiels mexicains, poursuivons notre tour du pays en termes d’influence des différents candidats.

La circonscription 3 couvre, dans la logique institutionnelle mexicaine, les régions atlantiques du pays, de l’Etat de Veracruz à la péninsule du Yucatan.

AMLO y obtient, de manière générale, des scores significatifs (il est lui même originaire du petit Etat du Tabasco).

Dans l’Etat de Veracruz, il réalise ainsi près de 54 % des voix, devançant Anaya Cortes d’un million de suffrages, et gagne dans les vingt districts électoraux de l’Etat.

Dans l’Etat d’Oaxaca, la performance est encore plus spectaculaire avec un pourcentage de 65,3 % en faveur d’AMLO, conduisant au grand chelem sur les dix districts.

La simple lecture des données interpelle  dans cet Etat très indien, AMLO obtient au moins 110 000 voix  par district, quand Anaya Cortes plafonne sous les 30 000 et Meade Kuribrena en dessous de 45 000 voix au mieux…

Dans le Chiapas, bien connu pour les insurrections indiennes de l’EZLN (Ejercito Zapatista de Liberacion Nacional), AMLO arrive en tête avec 61,25 % des voix et dans la totalité des treize districts .

Il réalise ainsi un pourcentage de 59 % sur le district de Palenque et atteint 79,9 % dans l’un des districts de Tuxtla Gutierrez.

Dans le Tabasco, AMLO fait, comme prévu, un tabac et la défaite de ses adversaires s’y trouve bien pimentée avec un score de 80,1 % qui lui donne bien évidemment , la majorité dans les six districts.

En termes de suffrages, AMLO s’approche du million de votes sur l’Etat contre 200 000 environ pour ses deux principaux adversaires…

L’Etat de Quintana Roo, bien connu de certains touristes occidentaux (Cancun, Tulum) accorde 67,1 % de ses voix au candidat de la gauche, avec la majorité dans les quatre districts.

Le petit Etat de Campeche donne 61,2 % des voix pour AMLO, en tête dans les deux districts de ce qui fut un fief des autres formations politiques après avoir constitué, à l’époque de la flibuste, l’une des cibles favorites des pirates…

Le Yucatan, présumé moins porté au vote AMLO, lui donne tout de même une majorité relative avec 39,1 % des votes et la majorité dans les cinq districts de l’Etat.

Au total, AMLO est donc en tête dans les soixante districts électoraux de la circonscription.

La circonscription 4 est structurée par l’agglomération de la capitale, autour du District Fédéral.

Dans le Guerrero, AMLO fait le grand chelem sur les neuf districts, obtenant 63,1 % et notamment 72,9 et 66,9 % dans les deux districts d’Acapulco.

Dans l’Etat de Puebla, il réalise un score de 56,9 % et la majorité dans les quinze districts.

66 % et la majorité dans les cinq districts dans le Morelos avant de constater un 70,8 % dans le Tlaxcala et les trois districts et nous voici dans la ville de Mexico qui renouvelait le même jour son Jefe de Gubernatoria et les équipes municipales des seize collectivités constituées sur le territoire.

Eh bien Ciudad de Mexico donne 57,7 % de ses suffrages pour AMLO (plus de 3,1 millions de votes contre moins d’1,3 million pour Anaya Cortes) de même qu’il obtient la majorité dans  les vingt quatre districts électoraux, même dans celui de Benito Juarez, le secteur le plus huppé de la capitale mexicaine.

Grand chelem donc, pour AMLO, sur les cinquante six districts ici décrits.

Dans la circonscription 5, constituée autour de l’Edomex (Estado de Mexico), le profil de l’élection n’est guère différent.

57,8 % pour AMLO dans le petit Etat de Colima, avec les deux districts en prime.

61 % dans l’Etat de Hidalgo  et les sept districts de l’Etat.

50 %, enfin, dans le Michoacan, pour réaliser le chelem sur les douze districts.

Dans l’Etat de Mexico, dont la fidélité au PRI avait assuré la victoire de Pena Nieto en 2012, AMLO l’emporte avec plus de 54 % des voix et une avance de plus de 2,8 millions de votes sur Anaya Cortes qui, lui même, devance le Priiste d’un peu plus de 1 000 suffrages.

Une situation qui place en tête, dans les quarante et un districts de l’Etat, le candidat de la gauche.

Et lui donne un nouveau grand chelem dans une circonscription…

Espace politique indépendant