RÉVISION CONSTITUTIONNELLE : UN TRAIN PEUT EN CACHER UN AUTRE

Cela ne peut vous avoir échappé et force est de constater qu’on a fait des gorges chaudes des heurs et malheurs de la révision constitutionnelle qui devrait inscrire l’état d’urgence et la déchéance de nationalité dans le marbre déjà quelque peu poussiéreux de la Constitution de la Cinquième République.

Je ne commenterai pas le petit jeu politicien qui s’est livré à l’annonce du renoncement, par le Président de la République, au recours à la réunion pleinière du Congrès du Parlement.

Je dois avoir déjà indiqué ma profonde réticence à voir figurer, au sein de notre texte constitutionnel, des dispositions d’exclusion et je pourrais, comme tout un chacun un tant soit peu attaché à quelques vertus de la démocratie et de la République, me féliciter de cet abandon du processus constituant en rase campagne.

Mais tel n’est pas le cas.

Expliquons nous.

Laisser un commentaire