SCOLARITE : EDUQUONS, EDUQUONS REPONDIT L’ECHO !

L’éducation, c’est la famille qui la donne. L’instruction, c’est l’Etat qui la doit .

Ainsi cette phrase tomba un jour de la plume d’un vieux monsieur dont l’oeuvre est si peu connue que nombre de ses personnages sont devenus des noms communs.

Pour les Gavroche d’aujourd’hui, le fait est que nous pouvons légitimement nous poser quelques questions.

Cela commençait sous de généreux auspices, le quinquennat Macron.

Pour lutter contre l’échec scolaire et singulièrement la difficulté, pour certains écoliers, à maîtriser les apprentissages fondamentaux (lire, écrire, compter), voici qu’on annonçait comme mesure prioritaire le doublement des classes de cours préparatoire en zone sensible.

Bon, bien sûr, tout cela ne va pas de soi et je ne reviendrai pas ici sur le sketch de la candidature (au demeurant élue au final!)  rhodanienne d’En Marche évoquant la possibilité d’installer des paravents au milieu des salles de classe pour séparer les groupes ainsi constitués.

Mais je note tout de même à ce stade que venait avec insistance aux oreilles la petite musique, déjà entendue et aux limites de la rengaine éculée, du « discours de la méthode », c’est à dire de l’affirmation péremptoire de la supériorité de la méthode syllabique (les Ba Be Bi Bo Bu comme aurait dit l’ancien syndicaliste Gaston Monmousseau) en qualité d’apprentissage de la lecture sur la méthode dite globale, plus récente et produit de la recherche française en linguistique.

Il faut être peu informé des méthodes pédagogiques en usage dans les salles de classe pour croire que les choses sont aussi tranchées.

Et, à la vérité, qu’il y a belle lurette que les professeurs des écoles mixent, selon les situations, les méthodes d’apprentissage sans en privilégier aucune.

Ceci posé, je connais aussi quelques manuels, qu’il s’agisse de  lecture comme d’apprentissage du calcul ou des mathématiques en général, qui gagneraient sans doute d’être rédigés dans une langue simple, écartant notamment les acronymes plus ou moins réussis et les phrases un peu trop elliptiques.

Laisser un commentaire