BAL DES HYPOCRITES SUR LE CHEMIN DE DAMAS

Il semble de plus en plus inévitable, dans la conception générale des relations internationales qui semble guider le Président des Etats Unis et, pour une fois, le Président Hollande, que la « communauté internationale » (dans une acception très proche de celle définie dans notre dictionnaire de la langue de bois) va frapper la Syrie, ou plus précisément les stocks d’armes chimiques détenus et, apparemment, utilisés par l’armée du régime du Président Bachar Al Asad, dont on rappellera ici qu’il n’a jamais fait que prendre la suite de son père Hafez à la tête des affaires du pays.

A la vérité, la situation appelle moult observations que cet article va tenter de produire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.