MEXIQUE LA REVANCHE D’EMILIANO ZAPATA (4)

La session parlementaire ne s’ouvrant qu’au 1er septembre, les députés et sénateurs élus au scrutin plurinominal n’ont pas encore été désignés, sur la base des résultats observés.

Sur les 300 sièges disputés au scrutin majoritaire, la coalition  menée par le Mouvement de Régénération Nationale en a obtenu 218, ne laissant que 68 sièges à la coalition pilotée par le PAN et …14 à l’ensemble structuré autour du PRI.

On se retrouve fort loin du résultat de 2015 où le PRI l’avait emporté dans 158 districts, le PAN dans 56 et le MORENA dans seulement 22.

Les alliés du PAN pour ce scrutin ont obtenu 39 élus et ceux du PRI 22.

Le basculement des forces est impressionnant, touchant 4 des 5 circonscriptions du pays qui, dans la foulée du scrutin présidentiel, ont préféré les candidats morenistes et alliés.

Sur l’ensemble de la circonscription 1 (Nord Ouest), la coalition de gauche Juntos Haremos Historia obtient 37 élus contre 23 pour l’Alliance constituée autour du PAN, en réalisant notamment un grand chelem en Basse Californie, dans les Etats de Nayarit, Sinaloa et Sonora.

La position du PAN et de ses alliés est assurée par l’Etat de Jalisco (Guadalajara), où l’alliance conquiert dix huit sièges sur les vingt en jeu.

A noter cependant que l’un de ces sièges revient au PRD, et dix au Movimiento Ciudadano.

Un Movimiento Ciudadano qui a obtenu un onzième élu dans l’Etat de Chihuahua, où l’alliance de gauche a remporté, entre autres, les quatre sièges découpés dans l’agglomération frontalière de Ciudad Juarez, face au Texas nord américain, qui regroupe la moitié de la population de cet Etat désertique et montagneux.

Le succès d’AMLO au scrutin présidentiel a aussi permis l’élection de cinq municipalités issues de son alliance électorale, dont celles de Ciudad Juarez (avec 981 voix d’avance sur un candidat indépendant!) et de Cuauhtemoc, parmi les municipalités importantes de l’Etat.

La gauche emporte également dix des vingt deux sièges de député à l’Assemblée de l’Etat.

Pour le reste, selon les éléments disponibles, Juntos Heramos Historia emporte également quinze des seize districts de  l’Assemblée de Basse Californie du Sud, et trois mairies sur cinq.

Dans le Sonora, JHH emporte vingt sièges sur vingt et un au scrutin majoritaire au Congrès de l’Etat, s’assurant la majorité absolue dans une Assemblée où le MORENA n’avait qu’un élu sortant sur trente trois…

JHH arrive en tête aux municipales pour Hermosillo, Nogales, San Luis del Rio Colorado, Agua Prieta, Ciudad Obregon, Empalme, Etchojoa, Guaymas ou encore Navojoa, parmi les communes les plus importantes de cet Etat plutôt désertique…

Pour l’Assemblée de l’Etat de Sinaloa, JHH obtient dix neuf sièges sur vingt quatre élus au scrutin majoritaire.

L’alliance est également en tête aux municipales dans les localités de Los Mochis, Culiacan, Guasave ou encore Mazatlan, toutes comptant parmi les localités importantes de l’Etat.

La circonscription 2 (Nord Est) est la seule à avoir voté en faveur des candidats de l’opposition en termes de sièges.

L’alliance JHH a obtenu 22 élus, contre 34 en faveur du PAN et de ses alliés, et 6 à l’alliance constituée autour du PRI.

C’est le grand chelem du PAN dans l’Etat de Guanajuato (quinze élus sur quinze) qui facilite évidemment cette situation, les autres Etats étant en effet plus partagés.

JHH est en tête dans l’Etat de Coahuila et dans celui de Zacatecas, laissant le Tamaulipas à la coalition du PAN pour moins de cinq cents suffrages.

Dans cette partie du pays, les 6 élus de la coalition PRI viennent du parti de Calles.

L’un des élus de la coalition autour du PAN vient du Movimiento Ciudadano dans l’Etat de Guanajuato.

Les élections au Congrès de l’Etat ont donné la totalité des vingt deux sièges au scrutin majoritaire aux candidats du PAN, avec l’effondrement du PRI qui disposait de trois élus sortants.

Un PAN qui garde la main sur les principales villes de cet Etat (Leon, Irapuato, entre autres).

Dans le Nuevo Leon, Etat très partagé, la coalition JHH fait élire deux députés du PES, ainsi qu’un chanteur et acteur de telenovelas du même parti dans le district 8 de l’Etat.

Pour le Congrès de l’Etat, JHH obtient onze élus, contre douze au PAN, deux au PRI et un au Movimiento Ciudadano pour ce qui est du scrutin majoritaire.

Aucun des partis de l’Alliance de gauche n’avait obtenu de siège lors de l’élection précédente, en 2015.

Les élus de JHH le sont, en général, dans l’agglomération de Monterrey.

Les municipales ne sont pas aussi favorables à l’alliance de gauche, le chef lieu restant fidèle au PAN.

Dans l’Etat de Queretaro, JHH obtient trois élus (pas de sortants), contre deux au PRI et dix pour l’alliance autour du PAN.

Un PAN qui, avec ses alliés, obtient dix municipalités.

A contrario, dans le Zacatecas, JHH obtient huit élus au scrutin majoritaire, contre six pour le PRI et quatre pour le PAN.

La coalition de gauche obtient par ailleurs quatre élus au mode proportionnel, contre trois au PAN et à ses élus et cinq au PRI.

Au scrutin municipal, le MORENA est en tête dans les municipalités de Fresnillo, Guadalupe, Zacatecas tandis que le PT arrive en première position à Loreto, toutes villes importantes de ce petit Etat qui procède déjà de l’agglomération de la capitale.

Dans le petit Etat d’Aguascalientes, favorable à l’opposition au scrutin législatif fédéral, le nouveau Congrès de l’Etat compte cinq élus MORENA, deux PT et un PES, face à trois PRI, un PVEM et un Nueva Alianza d’un côté, et douze PAN, 1 PRD et 1 Movimiento Ciudadano de l’autre.

Au regard de l’élection précédente, le PAN perd un élu, quand le Movimiento Ciudadano en gagne un.

Par contre, le PRI cède trois sièges, la Nueva Alianza deux et le PVEM un, soit six élus qui vont à la MORENA (un seul sortant) et au PT (pas de sortant).

L’Etat désertique du Coahuila de Zaragoza (environ trois. millions d’habitants dont la moitié dans les municipalités de Saltillo et Torreon) est assez partagé.

L’alliance de gauche JHH y est parvenue de peu en tête au scrutin législatif fédéral.

Parmi les municipalités les plus peuplées, le MORENA est arrivé en tête à Francisco Madero (il est d’usage répandu au Mexique de donner le nom de certaines personnalités historiques du pays à des municipalités), Matamoros et Piedras Negras.

Echec par contre à Saltillo qui reste PRIiste et à Torreon, qui vote en faveur du PAN.

Pour le MORENA, la progression est réelle avec près de 40 00 0 voix de plus sur Torreon et 50 000 sur Saltillo.

Enfin, dans cette circonscription, dans l’Etat de Tamaulipas, frontalier du Texas (avec lequel il partage certaines agglomérations frappées par les maux du trafic de drogue ou de la délinquance) a donné des résultats aussi contrastés.

Ainsi, l’alliance de gauche est arrivée en tête dans la municipalité de Matamoros (près d’un million d’habitants, deuxième cité de l’Etat), ville jumelle de la ville texane de Brownsville ou encore dans la ville de Ciudad Madero, située dans la banlieue de Tampico, port et point central de l’exploitation pétrolière du Golfe du Mexique.

C’est toutefois l’alliance constituée autour du PAN qui a emporté l’élection municipale de Reynosa, principale ville de l’Etat, constituant avec Mac Allen, une conurbation mexicano – texane.

On notera que, comme pour le Jalisco qui offre une certaine influence à l’alliance formée autour du PAN, la plupart des Etats du Nord Est du Mexique ont été marqués, dans les années 20, par la « deuxième «  guerre civile du pays au XXe siècle, à savoir celle causée par les « cristeros », combattants de la cause cléricale, en lutte contre le gouvernement « révolutionnaire » des Calles, Obregon et autres Carranza, tous anticléricaux (à l’image de Benito Juarez) et francs maçons.

Cette guerre civile, solutionnée à la fin des années 20, semble bien avoir imprégné des régions où le pouvoir local se règle aussi par le « caciquisme ».

On aura remarqué, à l’aune des résultats évoqués dans cet article, que les villes ont assez largement suivi le mouvement général de l’opinion mexicaine lors de ces élections et que les secteurs ruraux y ont été moins sensibles.

Nous allons voir dans un autre article ce qu’il en est pour les trois autres circonscriptions qui ont massivement opté pour l’alliance JHH.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.