SCOOP : LA SUPPRESSION DE L’ISF A ALLEGE LES IMPOTS DES FRANÇAIS LES PLUS RICHES !

Il aura fallu un rapport, qui plus est qualifié de simple « rapport d’étape », de plus de 340 pages, produit par un « Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital », rattaché à France Stratégies, l’organisme qui a remplacé le Commissariat général au Plan, pour que nous apprenions cette nouvelle stupéfiante.

C’est écrit, noir sur blanc, pour nous en convaincre.

Cependant, quel que soit le niveau de patrimoine déclaré en 2017, les contribuables à l’ISF ont bénéficié de baisses d’impôt importantes, y compris ceux qui sont aujourd’hui imposables à l’IFI : en moyenne, l’impôt acquitté a été divisé par trois et demi. Cela dit, la baisse maximale de taux apparent d’imposition du patrimoine ne se situe pas tout en haut de la distribution des patrimoines, parce que les plus fortunés voyaient en pratique leur ISF plafonné.
(fin de citation)

Pour le coup, cela signifie

S’agissant de la transformation de l’ISF en IFI, l’étude mobilisant les informations statistiques les plus complètes conduit à estimer que les 5 % des ménages les plus aisés perçoivent 57 % des gains, et que quatre ménages gagnants sur cinq se situent parmi les 15 % les plus aisés. Le gain annuel moyen d’un ménage gagnant est de l’ordre de 6 500 euros de niveau de vie.
(fin de citation)

6 500 euros dès la première année, c’est-à-dire quatre SMIC rendus aux contribuables de l’ISF.

Pour le coup, rappelons que la suppression, en trois ans, de la taxe d’habitation, c’est 190 euros, puis 380 puis 570 euros…

Un cheval, une alouette ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.