Une République en Marche à bout de souffle ?

On observera que ce remaniement a quelque peu occulté le départ de plusieurs députés macronistes de juin 2017 dans un nouveau groupe parlementaire, Territoires et Libertés, députés venus de la gauche puisqu’il s’agit de Jean Michel Clément, ancien député PS de la Vienne ; de M’Jid El Guerrab, ancien attaché de presse du groupe socialiste du Sénat devenu député En Marche des  Français de l’Etranger et qui avait déjà quitté le groupe REM pour les bancs des non inscrits suite à un coup de casque moto malencontreux sur la personne d’un responsable de la Fédération PS des Français de l’Etranger ; et des ex écologistes Paul Molac, réélu au premier tour sous l’étiquette REM dans le Morbihan et François Michel Lambert, député des Bouches du Rhône.

Pour autant, les deux départs, à peu de distance l’un de l’autre, de Nicolas Hulot, caution idéologique plutôt populaire d’un Grouvernement dont les démonstrations environnementalistes demeurent limitées et de Gérard Collomb, le plus important des élus locaux ralliés à Macron en 2017, ont marqué une évidente perte de substance politique de l’équipe rassemblée autour d’Edouard Philippe.

Notamment parce que les pièces rapportées présentent quand même quelques caractéristiques pour le moins stupéfiantes.

Nous commencerons par la sympathique Christelle DUBOS, élue sur une liste de gauche dans une petite municipalité de Gironde en 2014, Sadirac, située dans l’Entre Deux Mers, où elle a assumé les fonctions d’adjointe au Maire avant de devenir responsable, au niveau intercommunautaire, des questions sociales , ayant une expérience de directrice d’un centre d’action sociale.

Bref, presque la société civile comme on l’imagine en Macronie.

Pour les autres, inconnus au plan politique (nous ne parlerons donc pas ici de Franck Riester, animateur d’un groupe parlementaire d’élus de droite pro Macron et exclu de l’UMP à ce titre), quelques éléments intéressants.

D’abord Emmanuelle WARGON : 47 ans, chargée d’affaires publiques chez Danone, nommée à l’Ecologie, fille de Lionel Stoleru, ancien Ministre de Giscard d’Estaing, qui avait tenté plusieurs fois de se trouver un point de chute électoral (notamment dans les Vosges) et qui finit sa carrière politique comme …chef d’orchestre symphonique et conseiller technique de Leonid Kravtchouk, Président ukrainien ou Petre Roman, Premier Ministre roumain après la chute de Ceausescu.

N’oublions pas en la matière que Lionel Stoleru était d’origine roumaine, issue d’une famille juive de ce pays exilée en France.

Connue pour avoir défendu, à tous niveaux, la cause désespérée de l’adjonction d’huile de palme dans nombre de spécialités alimentaires, Emmanuelle WARGON présente la particularité d’être issue de la même promotion de l’ENA qu’Edouard Philippe…

Passons au cas d’Agnès PANNIER RUNACHER ,  40 ans, Inspectrice des Finances, mariée à un directeur du groupe Suez (conflit d’intérêt en vue avec Engie ?), ancienne de Faurecia et de la Compagnie des Alpes.

On notera que la Compagnie des Alpes est une filiale de la Caisse des Dépôts, actionnaire à 40 % de ladite entreprise, et qu’elle gère, outre des domaines skiables dans les Alpes (Val d’Isère, Tignes, La Plagne, Les Arcs, Serre Chevalier,…), des espaces de loisirs et des parcs d’attractions (Musée Grévin, Parc Astérix, parcs Walibi, France Miniature entre autres).

Nommée au Ministère des Finances, la nouvelle Ministre me semble quelque peu exposée par des problèmes de conflit d’intérêts entre ses anciennes fonctions (qu’elle vient juste de quitter) et les dossiers qu’elle va avoir à traiter (réforme de la Caisse des Dépôts, de la Poste, privatisations, notamment dans le cadre de la loi PACTE.)

Si Emmanuelle WARGON est la copine de promotion d’Edouard PHILIPPE, Agnès PANNIER est celle d’Emmanuel Macron pour qui elle s’est engagée de suite dans la campagne présidentielle en créant un comité République en Marche avec son mari dans le XVIe arrondissement de Paris et en prenant part, ensuite, à la commission d’investiture des candidats du mouvement pour les législatives.

La situation d’Agnès PANNIER RUNACHER n’est pas sans rappeler celle de la Secrétaire d’Etat l’ayant précédé à Bercy, à savoir Delphine GENY STEPHANN, débarquée de ce remaniement, qui a malencontreusement déclaré détenir les deux tiers du capital de l’entreprise de son mari (pour plus de 2,6 millions d’euros) et des instruments financiers divers dont un PEA garni par près de 7 millions d’euros…

Jetons aussi un coup d’oeil sur le cas de Gabriel ATTAL.

Agé de 29 ans, le nouveau Ministre délégué à la Jeunesse qui, lors des manifestations contre la loi ORé (Orientation et Réussite des Etudiants), intégrant le système Parcoursup, dont il est avéré qu’il a laissé sur le carreau nombre de jeunes, fustigeait la « gréviculture », a fait ses premières armes dans l’action contre le contrat première embauche, alors qu’il n’était encore que lycéen.

Devenu étudiant et militant socialiste, il doit à l’amitié de Benjamin Griveaux, porte parole actuel du Gouvernement, d’avoir pu intégrer non une équipe de serveurs de McDonald’s, mais le cabinet de Marisol Touraine au Ministère des affaires sociales …

Il a été candidat sur une liste de gauche aux municipales de Vanves en 2014 où, placé en cinquième position, il est devenu conseiller municipal après la démission de la tête de liste.

Déçu par l’attitude de certains socialistes lors de la discussion de la loi Macron (dont on rappellera que Richard Ferrand et Christophe Castaner furent parmi les rapporteurs à l’Assemblée Nationale), notamment parce que Gabriel Attal est pour le travail du dimanche, il a quitté le PS pour la République en Marche et est devenu député des Hauts de Seine, dans la 10e circonscription (Issy les Moulineaux, Vanves et parties de Boulogne Billancourt et de Meudon) en étant nettement arrivé en tête au premier tour.

La fiche HATVP du député Gabriel Attal nous apprend que son compagnon est un conseiller de l’Elysée.

Nous aurons donc eu un remaniement où trois des nouveaux Ministres auront été choisis parmi les camarades de promotion du Président de la République et du Premier Ministre ou par le truchement d’un conseiller déjà installé…

Que dire de plus, alors, de Laurent NUNEZ, 54 ans, haut fonctionnaire passé par la Préfectorale, notamment dans les Bouches du Rhône et en Seine Saint Denis, sinon qu’il était surtout, depuis juin dernier, Directeur général de la Sécurité Intérieure ?

Un peu comme si Donald Trump avait nommé Ministre le Directeur de la CIA.

I know, il y a eu pire…

Un peu comme si le Directeur de la CIA devenait Ministre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.